←   Terug naar de blog

Vlerick : stratégie e-commerce pour un environnement B2B

e-commerce strategie

Les anciens élèves de la Vlerick Business School ont organisé la semaine dernière une présentation sur la façon de réussir dans un environnement B2B en utilisant une stratégie de commerce électronique. Une soirée passionnante avec 3 conférenciers d’honneur, qui ont voulu donner de l’inspiration sur les questions suivantes :

  • Comment structurer mon entreprise et ses processus pour une stratégie de commerce électronique interentreprises ?
  • Quels sous-processus dois-je sous-traiter ou dois-je le faire moi-même ?
  • Comment puis-je me distinguer de mes concurrents et comment puis-je communiquer plus efficacement aux besoins des clients d’aujourd’hui ?

L’importance d’une bonne stratégie

Le premier conférencier d’honneur était Bart De Waele, PDG de Wijs. Grâce à leur expertise en tant qu’agences numériques, il a donné plus d’informations sur le fonctionnement des affaires en ligne. Tout commence par une bonne compréhension de votre client et par une histoire unique de votre produit ou service. Cela vous distinguera de votre concurrent.

Bientôt, nous avons compris l’importance de la stratégie. En effet, la bonne stratégie vous permet d’adapter votre produit ou service à votre propre manière à votre client “unique” et de répondre au mieux à ses besoins. Est-ce que cela semble trop axé sur le consommateur ?

Être aujourd’hui orienté consommateur est certainement de plus en plus pertinent pour réussir dans un environnement B2B. Après tout, on ne se distingue pas seulement par un produit ou un service. L’expérience, ou plutôt : la façon dont vous ajoutez de la valeur aux yeux de votre client, est cruciale pour être et rester performant. Mieux vous, en tant que joueur B2B, comprenez ce que le client final attend de votre produit ou service, mieux vous pourrez adapter votre histoire à votre client B2B, qui pourra ainsi mieux servir le client final.

belang van e-commerce

Est-ce que je sous-traite ou non ?

Le deuxième conférencier d’honneur était BME. Avant qu’on ait une réponse à la question “Est-ce que je sous-traite ou non ?“, nous avons d’abord dû prendre du recul dans notre façon de penser. Après tout, vous ne pouvez répondre à cette question que si vous y avez d’abord pensé :

  • Dans quelle mesure mes processus sont-ils numérisés ?
  • Mon service logistique est-il une activité centrale ou non ?

La réponse à la première question, après tout, détermine si le service logistique peut externaliser. L’externalisation de la logistique sans sacrifier votre propre opération unique n’est possible que si cette opération unique a été numérisée. De cette façon, vous pouvez conserver votre identité même si vous externalisez.

Après tout, la deuxième question détermine si l’externalisation de votre logistique est opportune. Nous évoluons de plus en plus vers un monde où les entreprises doivent être flexibles afin de pouvoir suivre l’évolution du marché sans perdre leur valeur ajoutée aux yeux de leurs clients. Si la logistique n’est pas une valeur fondamentale, l’externalisation est souvent l’étape suivante vers une plus grande satisfaction du client.

Si vous avez une vision claire des deux questions, vous pouvez chercher un partenaire. Lorsque vous choisissez le bon partenaire d’e-fulfilment, tenez toujours compte de ce fait :

  • Les coûts : essayez d’aligner cela de la manière la plus flexible possible avec le volume de commande.
  • La mesure dans laquelle votre partenaire comprend votre stratégie. Mieux il comprend, plus il a de chances d’accroître la satisfaction de ses clients.
  • La capacité de votre partenaire à changer avec vous si vos processus ou votre marché changent.
  • Le degré de transparence et de clarté de leur communication. C’est souvent sous-estimé, mais une communication claire signifie aussi un client bien informé.

partner logistiek

La numérisation comme “stratégie gagnante”

Enfin, c’était au tour de Nick Boucart, qui, de son rôle de conseiller technologique et d’ingénieur en logiciel chez Sirris, est venu nous donner un aperçu de la façon d’aborder la numérisation aujourd’hui et comment cela vous assurera à l’avenir un avantage crucial sur les entreprises qui sont à la traîne.

Une histoire qui s’intégrait parfaitement avec les deux orateurs précédents et c’est rapidement devenu clair :

  • Ne pas numériser est une perte énorme, parce qu’alors vous pouvez ajouter beaucoup moins de valeur pour votre client.
  • La numérisation en soi est un travail préparatoire qui va bien au-delà du simple marketing ou de la logistique.
  • Mettre en place la bonne approche numérique est souvent beaucoup plus difficile à imaginer qu’elle ne l’est réellement.

Bref, ne pas numériser n’est plus un choix, entourez-vous de gens qui peuvent vous donner une image claire de la façon de numériser. Vous remarquerez qu’il est souvent beaucoup plus simple que ce que vous aviez initialement en tête. D’autant plus que les avantages qu’elle apporte sont beaucoup plus importants que les coûts.

logistiek proces digitaliseren

La soirée a-t-elle fourni une réponse unanime aux trois premières questions ? Probablement pas ! Nous espérons qu’il a fourni suffisamment de matière à réflexion. Avec beaucoup d’énergie, nous sommes retournés à Genk ! Est-ce que nous vous avons fait réfléchir?