←   Terug naar de blog

L’entrepôt derrière vos colis

logistiek bedrijf

Du clic sur une boutique en ligne au colis à la porte. La société BME, basée à Genk, s’occupe de la logistique de toutes vos transactions de commerce électronique. Avec une politique du personnel durable. Le chemin que nous avons parcouru? Vous le découvrez dans cette interview de Groeiwaarts.

Entreprise de logistique

Dès que vous achetez quelque chose dans une boutique en ligne, tout un processus commence en coulisses. Les commandes sont passées, le produit choisi est retiré des rayons et ajusté en stock, un fournisseur vient le chercher et le livre à votre domicile. Ce sont les actions les plus courantes, mais il y a beaucoup plus derrière. E-fulfilment englobe le traitement complet des commandes des boutiques en lignes. De la réception des marchandises dans l’entrepôt à l’arrivée chez le client final.

Nous sommes spécialisés dans e-fulfilment à la mesure des clients et pour chaque canal de vente. Tout a commencé lorsque Chris Pietermans et Daniel Ciccodemarco, deux meilleurs amis de Tongres (ils y organisent également les célèbres Les Jardins-fêtes) ont été chargés de s’occuper de la logistique de la boutique en ligne qu’ils avaient construite pour quelqu’un. Ils ont loué un entrepôt et il leur restait un peu d’espace.

Bientôt, ils ont reçu des commandes de grandes entreprises pour stocker et distribuer leur merchandising. « Nous connaissions l’existence de telles activités à l’étranger, mais en Belgique, personne n’était vraiment impliqué, sauf les grandes entreprises », déclare Chris, directeur commercial et copropriétaire de BME. « Sur le marché des PME, elle était inexistante. On a vu le trou et on a sauté dedans. Au début, nous avons travaillé à partir de notre intuition, nous avons fait une proposition et l’avons mise en ligne, à notre grand étonnement, la réponse a été rapide ».

Fabrication de colis

« Lorsque la société de logistique pour laquelle Daniel travaillait a déménagé, ils ont décidé de se lancer. Pour moi, c’était un peu moins évident parce que je venais d’avoir une chance d’être promu. Mon patron est tombé de sa chaise : « Quoi, tu vas faire des colis dans un entrepôt ? » En fait, il avait raison, au début, c’est ce qui s’est passé. Mais il était heureux pour moi. Même si j’étais très heureux dans mon travail, j’ai fait le grand saut. L’esprit d’entreprise est dans mon sang, non seulement les salaires comptent mais aussi ce que vous aimez. »

« Tout à coup, vous vous trouverez dans un entrepôt de 200 m2 sans aucune expérience logistique, mais ils me regardent quand même. J’étais responsable des ventes, Daniel des opérations, du développement et de l’informatique. Heureusement, nous croyons tous les deux au principe « Prenez-le et commencez ». C’est ainsi que le BME a vu le jour. Nous avons vite compris que si nous voulions nous professionnaliser, il nous faillait de l’argent. Pour investir dans une plate-forme informatique, mais aussi dans un entrepôt plus grand. »

Mise en réseau

Fin 2014, nous avons fait la connaissance de Koen Vanderweyden grâce au réseautage. Après une bonne conversation, sur notre histoire, notre vision du marché belge, le commerce électronique, nous avons sauté ensemble dans le train de l’e-fulfilment. Nous avons immédiatement senti – après quelques Duvels – le déclic entre nous, notre collaboration s’est scellée sur un sous-bock. N’est-ce pas ainsi que naissent toutes les bonnes collaborations », dit Chris en riant.

« Pour moi, c’est une condition préalable pour faire des affaires ensemble : l’amitié. Je ne peux pas le faire sans elle. Et je peux maintenant dire que Daniel et Chris sont devenus de vrais amis. Mais cela ne suffit pas », ajoute Koen, directeur financier et copropriétaire de BME.

Bateau flottant

« Nous étions alors trois dans notre petit bateau qui flottait encore, poursuit Chris, et qui stratégiquement devait encore mettre le vent dans les voiles. L’accent était mis sur la planification financière et c’était la tâche de Koen. « J’avais deux conditions, LRM et KBC devaient entrer dans l’histoire et je voulais un entrepôt de 5000 m2 au lieu des 2000 m2 prévus. Sachant que cela n’a fait qu’augmenter les pertes les premières années, mais déménager à chaque fois est aussi un investissement ». Pendant ce temps, ils sont avec six associés, trois associés gérants et trois associés passifs. « Ils ne sont pas si silencieux, on peut toujours y aller pour obtenir des conseils. Nous les apprécions beaucoup ».

Omnichannel

« En 2016, nous avons réalisé que nous n’y arriverions pas seulement avec du B2C et nous nous sommes étendus au marché du B2B. L’espace commercial est cher, les commerçants veulent faire bon usage de leur rayonnage, c’est là que nous intervenons. Nous allons opter pour omnichannel, un autre terme fantaisiste pour le voir de manière très large, afin de fournir la solution appropriée à chaque client qui se présente à nous. Nos points forts sont les livraisons rapides, le numérique et la livraison peut contenir de plus petits volumes. Aujourd’hui, BME est une société informatique qui fait de l’e-fulfilment. L’informatique est importante, si nous la maîtrisons, nous pouvons être pleinement au service d’un client et de son modèle économique. Dites-nous quel est votre plan et où vous voulez aller et nous vous soutiendrons dans cette démarche. »

Ancrage local

« Une entreprise prospère n’est pas seule, un bon réseau est très important », explique Koen . « Vous devez d’abord ancrer votre réseau au niveau local, non seulement financièrement mais aussi par des connaissances et des conseils. La mise en réseau est si importante qu’elle va du VDAB, qui nous aide à trouver des bons travailleurs, aux établissements d’enseignement, où l’on nous demande de parler de commerce électronique, à Flanders Investment Trade, FIT. D’abord, nous créons une notoriété locale, puis nous passons à l’international. »

Un paysage de subventions fragmenté

« Eric Dieussart de FIT a entendu notre histoire et nous a mis en contact avec Hans Versmissen, conseiller d’entreprise chez VLAIO. Hans nous a aidés dans le dossier de l’innovation de la province du Limbourg. Nous avons financé notre recherche grâce à la subvention et nous examinons maintenant les possibilités pour l’avenir », déclare Koen. « L’orientation de Hans était super et très accessible. Pour être très honnête, on ne s’attendrait pas à cela de la part d’une agence gouvernementale. C’est un lien très précieux.

Le paysage des subventions est extrêmement fragmenté. Elle est en constante évolution. Il est très difficile de la suivre et de la situer dans le bon contexte. J’ai renoncé à l’ambition d’enquêter moi-même, je suis donc en contact régulier avec Hans pour voir ce qui est possible. Je ne suis pas d’accord avec l’approche « je veux cette subvention ou j’ai besoin d’aide pour l’obtenir ». Je luis dis quels sont nos projets et il me donne des conseils sur la manière de procéder, sur le soutien à apporter, mais aussi sur les connaissances ou les partenaires qui pourraient nous aider à atteindre cet objectif. Cette approche est vraiment payante pour nous. »

Une politique du personnel durable

« En plus de la subvention à l’innovation de la province du Limbourg, nous avons reçu le soutien du Fonds social européen (FSE) pour notre politique du personnel. Nous ne voulons pas travailler trop avec les travailleurs intérimaires, nous voulons leur offrir rapidement une base durable. Ce soutien nous donne l’occasion d’examiner notre vision du personnel, de créer des profils de compétences et d’y associer la politique salariale. » 

Concurrence de l’impression 3D

Les amis voient l’avenir avec ambition : « D’ici 5 ans, ils ne devraient pas pouvoir nous contourner », dit Chris. Nous avons récemment été annoncés lors d’un événement comme proven talkleader in e-commerce (leader incontesté du commerce électronique). Ce sont des crédits. Nous voulons penser avec nos clients et avoir toujours deux longueurs d’avance ». « Et grandissez », ajoute Koen. « Il faudra cependant attendre de voir comment les imprimantes 3D évoluent. C’est en fait notre plus grand concurrent, « Quand je vois ce qu’ils peuvent imprimer et ce qu’il y a dans notre entrepôt … Mais nous sommes fiers de notre flexibilité, de notre efficacité et de notre transparence.  »

Êtes-vous curieux de savoir comment notre flexibilité, notre efficacité et notre transparence peuvent vous aider? Nous sommes heureux d’en parler!